ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Docteur Etienne GRONDARD (CRF de Richebourg -78) - Bilan des accidents de la route en france en 2000


BILAN DES ACCIDENTS DE LA ROUTE EN

FRANCE 2000

(d'après les services de la Sécurité Routière)

 

 

Le Docteur GRONDARD présente ici, comme il l'avait fait il y a deux ans, les statistiques établies par la Sécurité Routière, concernant les accidents de la route, pour l'année 2000.

Ces chiffres sont, certes, toujours pénibles à dire dans leur brutalité et rappellent douloureusement aux blessés et à leurs familles des accidents qui sont, le plus souvent, à l'origine des traumatismes crâniens.

Le bilan 2000, toujours excessif, révèle cependant une légère baisse du nombre de morts et de blessés. Peut-être les actions de prévention dans lesquelles s'impliquent fortement les AFTC commencent-elles à donner des résultats.

Plus que jamais ces actions restent évidemment indispensables.

Nous avons présenté dans le n° 20 de Résurgences de décembre 1999, le bilan des accidents de la route en 1998. Quelle évolution peut-on noter depuis ? Quel impact sur les résultats ont pu avoir les différentes campagnes et actions des pouvoirs publics visant à réduire le nombre et la gravité des accidents? Le bilan statistique de la Sécurité Routière, de plus en plus détaillé, permet de répondre précisément.

Nous présenterons des chiffres et conclusions qui en découlent.

 

LE BILAN DE L'ANNEE 2000

121 223 accidents corporels, 7643 tués à six jours; 8079 à trente jours; 162 117 blessés dont 27 407 graves.

Ces chiffres bien qu'importants et toujours excessifs, notamment en comparaison des autres pays européens, sont en diminution. Cela montre incontestablement un progrès qui se confirme d'année en année.

 

ÉVOLUTION DES TROIS DERNIÈRES ANNÉES

Comme comparaison, nous conserverons une année antérieure (1990) :

Accidents corporels 1990 1998 1999 2000
Nombre 162 573 124 387 124 524 121 223
Evolution annuelle* -4,7 % -0,7 % +0,1 % -2,7 %
Dont accidents mortels 1990 1998 1999 2000
Nombre 9128 7514 7185 6811
Evolution annuelle* -4,7 % -0,7 % +0,1 % -2,7 %
Personnes tuées 1990 1998 1999 2000
Nombre 10 289 8 437 8 029 7 643
Evolution annuelle* -6,5 % +5,6 % -4,8 % -4,8 %
  • Par rapport à l'année précédente

D'après les définitions retenues, ces personnes sont décédées immédiatement ou dans les six jours qui ont suivi l'accident. Pour obtenir le chiffre correspondant aux références internationales (jusqu'à 30 jours de recul), un chiffre multiplicateur de 1,057 est utilisé ainsi, par exemple, le nombre de tués à trente jours en 2000 est de 8 079.

En 1998, le nombre des personnes décédées avait augmenté par rapport à l'année précédente. Mais en fait, sur vingt ans, chaque année, la baisse (par rapport à l'année précédente) est continue excepté à quatre reprises (1980+ 0,5 %, 1986 : 4,9 %, 1988 + 7 % et 1998 + 5,6 %).

Nombre de blessés graves (Ce sont des victimes hospitalisées plus de six jours)
  1990 1998 1999 2000
Nombre 52 578 33 977 31 851 27 407

On manque toujours d'études de grande ampleur plus précises suivant l'évolution des blessés dans le temps et prenant en compte les traumatisés crâniens.

Nombre de blessés légers (hospitalisations de moins de six jours)
  1990 1998 1999 2000
Nombre 173 282 134 558 135 721 134 710
Evolution annuelle du nombre total de blessés (par rapport à l'année précédente)
  1990 1998 1999 2000
Nombre -4,3% -0,6% -0,6% -3,3%

 

COMMENTAIRES

On observe une amélioration certaine en 2000 d'autant que cette année a eu 366 jours et que la circulation continue d'augmenter chaque année : + 3 % en 1997, + 4 % en 1998 et en 1999, + 2,1 % en 2000. Les conducteurs deviennent-ils plus responsables?

Si des progrès importants sont observés, les manquements restent préoccupants. Certains résultats sont intéressants à connaître, notamment: :

Les vitesses enregistrées des automobiles:

De jour : stabilité globale pour les véhicules de tourisme excepté une augmentation sur les autoroutes et les routes départementales. Le pourcentage de dépassement des vitesses autorisées est en hausse, excepté pour les routes nationales à 2 fois 2 voies et dans la traversée d'agglomération. Quel que soit le réseau, plus de la moitié des automobilistes sont en infraction. La nuit, la vitesse des automobiles a augmenté sur les autoroutes mais la diminution en agglomération se confirme sur cinq ans.

La vitesse des poids lourds:

L'accroissement des vitesses moyennes apparaît sur tous les réseaux mais surtout sur les autoroutes. La même observation est faite pour la vitesse des motocyclettes avec des excès importants comme un taux de dépassement des vitesses limites qui n'est jamais inférieur à 60 % et qui atteint 94 % dans les agglomérations, soit près du double des vitesses autorisées.

La situation par régions et départements:

Seize régions sur vingt-deux et soixante-trois départements sur quatre-vingt-seize connaissent une baisse du nombre d'accidents corporels ce qui est un progrès. Trente-deux départements ont une augmentation du nombre des accidents.

En comparaison avec 1999, citons les départements où la variation du nombre d'accidents est la plus marquée:

— baisse de plus de 16 % pour I'Ardèche, l'Aube, le Calvados, les Côtes d'Armor, le Loir-et-Cher, le Lot et le Lot-et-Garonne;

— augmentation de plus de 10 % pour le Gers, la Loire, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort.

L'augmentation du prix des carburants a été particulièrement importante cette année : + 17,3 % (+ 4,1 % en 1999, -2,9 % en 1998) sans grande modification sur l'importance de la circulation automobile.

Quelques données générales d'accidentologie sont précisées et quantifiées:

Type de transport: la moto reste le mode de déplacement le plus dangereux.

Risque en fonction de l'âge et du sexe : la tranche d'âge masculine de 15 à 24 ans reste la plus atteinte. Routes: les routes de rase campagne sont les plus risquées. Les autoroutes sont quatre fois moins dangereuses que les routes nationales.

Effet météo: les mois d'hiver restent les plus dangereux avec une augmentation liée aux mauvaises conditions variant selon chaque hiver.

Alcool: dépassement de la dose légale : les résultats sont 1,4 % lors des contrôles préventifs, 35 % lors des accidents mortels.

Infraction la plus répandue et la moins réprimée: l'excès de vitesse.

Les autres infractions sont beaucoup moins répandues: non respect de priorité (3%), non respect des règles pour les piétons (3 %), franchissement de feu rouge (1%), chevauchement de ligne continue (1,2 %).

Les jeunes se tuent davantage la nuit (58 %) et le week-end.

Les 15-24 ans (13 % de la population) représentent 25,7 %des tués sur la route. C'est la première cause de décès des personnes entre 15 et 19 ans: plus de 40 %.

Les personnes âgées ont moins d'accidents mais ils sont plus graves. Les personnes de plus de 65 ans tuées sont des piétons à 41 % et des cyclistes à 31 %.

Ancienneté du permis de conduite: près de un cinquième des conducteurs tués par les accidents de la route ont leur permis depuis moins de deux ans.

Port de ceinture aux places avant : 96 % la bouclent sur autoroute et 75 % en agglomération.

Téléphones portables utilisés au volant: ce problème n'a pas encore été suffisamment étudié. Une seule étude sert pour l'instant de référence et confirme l'augmentation du taux d'accidents, dans ce cas.

Ces affirmations et ces chiffres ne font que préciser et confirmer ce que nous constatons quotidiennement sur la route. L'amélioration est certaine en 2000, mais devant les nombreux drames toujours provoqués par un trop grand nombre d'accidents dans notre pays, souhaitons vivement que les conducteurs deviennent bien plus responsables.

Docteur E. GRONDARD, Centre de Réadaptation Fonctionnelle 78550 RICHEBOURG

Retour

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales