ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

ICM (Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière - Hôpital Pitié Salpêtrière) - Chercher, Trouver, Guérir, pour vous et avec vous (Le point Carré n°179)


CHERCHER, TROUVER, GUERIR, POUR VOUS ET AVEC VOUS : telle est la maxime de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière, centre de recherche de dimension internationale, sans équivalent dans le monde, innovant dans sa conception comme dans son organisation.

CHERCHER, TROUVER, GUERIR, POUR VOUS ET AVEC VOUS

Connais-toi toi-même

Par l'Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière
Hôpital Pitié Salpêtrière

Publié dans Le point Carré n°179, Octobre 2011

CHERCHER, TROUVER, GUERIR, POUR VOUS ET AVEC VOUS : telle est la maxime de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière, centre de recherche de dimension internationale, sans équivalent dans le monde, innovant dans sa conception comme dans son organisation.

L’ICM est logiquement construit dans le lieu même où la neurologie est née : au sein du Centre Hospitalo-Universitaire de la Pitié-Salpétrière, dans le 13ème arrondissement de Paris, où la première chaire de neurologie fut créée par Jean-Martin Charcot à la fin du 19ème siècle et où a eu lieu la première opération du cerveau. Il est dirigé actuellement par les professeurs Gérard SAILLANT, Yves AGID et Olivier LYON-CAEN. Situé au milieu des autres grandes potentialités cliniques de l’hôpital et de ses nombreux départements médico-techniques (pharmacie, laboratoires de biologie, radiologie...), les chercheurs ont accès à  des ressources biologiques rares (banques de tissus, d’ADN, etc.)

En réunissant dans un même lieu malades, médecins et chercheurs, l’objectif est de permettre la mise au point rapide de traitements pour les lésions du système nerveux, afin de les appliquer aux patients dans les meilleurs délais. Venus de tous les horizons et de tous les pays, les meilleurs scientifiques vont y développer les recherches les plus en pointe. En France, l’ICM est l’une des pièces maîtresses du Neuropôle de Recherche Francilien (NERF) et de l’Ecole des Neurosciences de Paris (ENP) en maillage aves les autres grands centres de recherche parisiens : Université Pierre et Marie Curie, Ecole Normale Supérieure, Institut de la Vision, MIRCen, Neurospin, Institut Pasteur… La recherche est développée en coopération avec les grands centres neuroscientifiques français, parmi lesquels : Bordeau, Caen Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Strasbourg, Toulouse.

Pour permettre aux chercheurs d’avancer dans leurs travaux et donner un réel espoir aux patients, il faut que pouvoirs publics, entreprises privées, particuliers, s’impliquent tous, sans exception, car ce combat concerne chacun de nous.

Le système nerveux est d’une extraordinaire complexité : le cerveau reçoit des informations à partir de nos sens, traite ces informations pour en faire une pensée et assure notre comportement sous forme de mouvements. En perturbant ou en interrompant le fonctionnement cérébral, maladies et accidents sont à l’origine de handicaps moteurs, intellectuels et psychiques aux conséquences personnelles, familiales et sociales le plus souvent dramatiques.

Les maladies neurologiques sont nombreuses : affections dégénératives (Alzheimer, Parkinson, Huntington, sclérose latérale amyotrophique, myopathies…) accidents vasculaires cérébraux, sclérose en plaques, épilepsie, tumeurs cérébrales, maladies génétiques de l’enfant, maladie de Gilles de la Tourette…

Les maladies psychiatriques : principalement dépression, schizophrénie, troubles obsessionnels compulsifs, autisme…

Les traumatismes du cerveau et de la moelle épinière : tétraplégie, paraplégie, hémiplégie, traumatismes crâniens…

Les troubles neurologiques affectent près d’un milliard de personnes dans le monde et, avec le vieillissement de la population, ce chiffre va encore augmenter. Chaque année dans le monde, 50 millions d’individus sont blessés ou deviennent invalides à la suite de traumatismes dus aux accidents de la circulation, avec une grande fréquence des traumatismes crâniens et médullaires ; dans les pays en voie de développement, ces chiffres sont appelés à augmenter considérablement d’ici 2020.

L’ambition de l’ICM est certes de participer à la mise au point de nouveaux traitements, mais c’est également de rendre utilisables les connaissances et les compétences de la recherche en étant un lieu d’échanges et en valorisant la recherche. Les principes et les valeurs de l’ICM sont :

- L’excellence scientifique : les meilleurs chercheurs sont impliqués, l’objectif est de trouver ;
- « Au service des patients » : réunir les malades, les médecins et les chercheurs ;
- La flexibilité : pour permettre à la créativité scientifique de s’exprimer ;
- L’ouverture en créant un foyer d’échanges et favorisant le dialogue avec la société civile et les partenaires industriels ;
- La transmission des savoirs, à l’échelle nationale et internationale.

Comprendre et traiter les maladies et les traumatismes du système nerveux constituent un enjeu majeur à l’échelle mondiale pour le 21ème siècle. Aujourd’hui la médecine soulage… Demain, il faut prévenir et réparer.

Retour

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales