ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Docteur Nadine ATTAL (Hôpital Ambroise Paré) DOULEURS NEUROPATHIQUES ( la Lettre de l'IRME N°29/2008)


DOULEURS NEUROPATHIQUES

 

COMMENT LES RECONNAÎTRE ET LES PRENDRE EN CHARGE ?

 

Nadine ATTAL

 

INSERM U-792- Centre d'Evaluation et de Traitement de la Douleur
Hôpital Ambroise Paré - 9 avenue Charles de Gaulle
92100 BOULOGNE-BILLANCOURT
Tel: 01 49 09 44 34 - Fax: 01 49 09 44 35
nadine.attal@apr.aphp.fr

 

 

DIAGNOSTIC

 

Sémiologie douloureuse et conduite de l'examen

 

Les douteurs neuropathiques se caractérisent par leur grande richesse d'expression sur le plan sémiologique. Les patients peuvent se plaindre de douleurs spontanées continues (brûlures, sensations de froid douloureuses...), ou paroxystiques (décharges électriques, coups de couteau...), souvent associées à des douteurs provoquées par des stimulations mécaniques (frottement, pression légère) ou thermiques (surtout froides) de faible intensité, particulièrement invalidantes, appelées « allodynie » (douleur évoquée par des stimulations normalement non douloureuses) ou « hyperalgésie » (augmentation de la douleur évoquée par des stimulations normalement faiblement douloureuses). Ces symptômes particuliers différentient les douleurs neuropathiques des autres douleurs (Bennett et al 2006). Aussi, en pratique, le diagnostic de douleur neuropathique est exclusivement clinique (Tableau 21). Les examens complémentaires sont surtout nécessaires pour le diagnostic étiologique ou l'évaluation de la lésion neurologique sous-jacente.

 

Outil d'aide au diagnostic

 

Il existe désormais plusieurs questionnaires de dépistage validés des douleurs neuropathiques (Bennett et al 2006). En France, te questionnaire recommandé pour la pratique clinique est l'outil d'aide au diagnostic DN4 (« Douleur Neuropathique en 4 questions ») conçu et validé par un groupe d'experts français (Bouhassira et al 2005). Ce questionnaire, qui comporte un total de 10 questions, s'appuie exclusivement sur l'interrogatoire des patients et un examen succinct de la sensibilité. Les sept premières questions visent à préciser les caractéristiques de la douleur. Les trois autres questions reposent sur un examen clinique visant à rechercher une hypoesthésie au tact ou à la piqûre et/ou d'une douleur déclenchée par le frottement (attodynie). Un score de 1 est attribué à chaque item positif et le score DN4 total correspond à la somme des réponses aux 10 items. Cet outil permet d'établir le diagnostic de douleur neuropathique avec une spécificité de près de 90 % pour un score de 4/10, considéré comme la valeur seuil.

 

 

TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE

 

Les douteurs neuropathiques ne sont pas ou peu soulagées par les antalgiques usuels. Les antidépresseurs et les antiépileptiques (gabapentine, prégabaline) constituent les traitements de référence de ces douleurs (Dworkin et al 2007 ; Attal et al 2006 ; Finnerup et al 2005). Plusieurs d'entre eux détiennent désormais une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans cette indication.

 

Les traitements de référence : antidépresseurs, gabapentine, prégabaline. L'efficacité des antidépresseurs tricycliques est confirmée de longue date dans le traitement de douleurs neuropathiques. Leur efficacité est dans l'ensemble similaire (blocage de la recapture des monoamines permettant de renforcer les contrôles inhibiteurs descendants). Le problème majeur de ces traitements est lié à leur sécurité d'emploi. En particulier, il convient d'être prudent en cas d'utilisation des tricycliques à fortes doses en cas de maladie cardiovasculaire chez le sujet âgé. Les tricycliques posent aussi des difficultés d'utilisation dans les douleurs associées aux lésions médullaires, du fait de leurs effets indésirables parfois gênants dans ce contexte (constipation, dysurie, risque d'aggravation de la spasticité).

 

Les inhibiteurs de recapture sélectifs de la sérotonine et de ta noradrénaline (ISRNA1 présentent une meilleure sécurité d'emploi que les tricycliques avec des risques cardio-vasculaires négligeables. L'efficacité de la duloxétine a été confirmée dans la polyneuropathie douloureuse du diabète avec des effets bénéfiques sur te sommeil et la qualité de vie. Les effets indésirables essentiels comportent des nausées, une somnolence ou une insomnie. La duloxétine est contre- indiquée en cas d'hépatopathie ou de néphropathie sévère, et d'hypertension artérielle mal contrôlée.

 

L'efficacité des antiépileptiques gabapentine et prégabaline, qui agissent préférentiellement sur une sous- unité particulière des canaux calciques est bien documentée dans les douleurs neuropathiques d'étiologies variées périphériques ou centrales, avec des effets positifs sur t'anxiété, le sommeil et la qualité de vie. La gabapentine semble aussi efficace et plutôt mieux tolérée que les tricycliques sur la base de petites études comparatives. La nature des effets indésirables est similaire pour la prégabatine et la gabapentine (somnolence, impression vertigineuse, parfois oedèmes périphériques et prise de poids). Ces deux traitements ont en commun l'avantage d'une bonne sécurité d'emploi, d'une absence d'interaction médicamenteuse, ce qui les rend très maniables y compris chez le sujet âgé. Ils doivent cependant faire l'objet de précaution d'emploi en cas d'insuffisance rénale modérée et sont contre-indiqués en cas d'insuffisance rénale sévère. En outre, le risque de prise de poids doit conduire à une certaine vigilance, notamment chez le diabétique ou chez le blessé médullaire.

 

 

Autres traitements pharmacologiques

 

L'efficacité des autres antiépileptiques actuellement disponibles est beaucoup moins établie dans les douleurs neuropathiques, sauf dans la névralgie faciale essentielle.

 

Les opiacés  tramadol et opiacés forts

 

 Le tramadol est une molécule aux propriétés agonistes opiacés mus et inhibitrices de la recapture des mono­amines, dont l'efficacité a été démontrée essentiellement sur les douleurs des polyneuropathies du diabète. Il présente de nombreux effets indésirables (somnolence, sécheresse de la bouche, constipation, dysurie) même si les formes retard sont mieux tolérées. Si le risque de dépendance est exceptionnel chez les patients douloureux, il existe un risque accru de crises convulsives chez les patients à risque ou recevant des produits abaissant le seuil épileptogène, tels que les tricycliques et il est recommandé d'éviter d'associer le tramadol avec des traitements agissant sur la recapture de la sérotonine comme les antidépresseurs sérotoninergiques, du fait d'un risque potentiel de syndrome sérotoninergigue.

 

Plusieurs études contrôlées ont confirmé l'efficacité des opiacés forts dans les douleurs neuropathiques. L'initiation du traitement doit être réalisée de préférence avec des produits par voie orale (morphine, oxycodone) et à doses progressivement croissantes. Les effets indésirables les plus fréquents (somnolence, nausées, constipation) rendent compte d'un nombre élevé d'arrêts thérapeutiques précoces et expliquent en grande partie les abandons tardifs, qui concernent plus des 3/4 des patients après plus d'un an de traitement. L'utilisation des opiacés dans la douleur neuropathique non cancéreuse doit respecter un certain nombre de recommandations. Si presque tous les patients développent un sevrage lors de t'interruption brutale (dépendance physique), le risque de dépendance psychique (addiction) est beaucoup plus rare. Les phénomènes de tolérance (nécessité d'augmenter les doses pour obtenir la même efficacité) sont faibles mais possibles après utilisation prolongée. Dans ces cas, il peut être proposé de changer d'opiacé. Il existe un risque accru de troubles de' l'immunité lors d'une utilisation très prolongée de la morphine. Pour l'ensemble de ces raisons, la prescription de ces traitements ne doit intervenir qu'en cas d'échec des traitements de première et seconde intention.

 

Traitements locaux

 

L'efficacité de la lidocaine topique (sous forme de patchs) a été confirmée dans la douleur post-zostérienne. L'efficacité de la capsaïcine*, neurotoxine aux propriétés analgésiques, a été rapportée notamment dans la douleur post-zostérienne.

 

Cannabis

 

Les cannabinoïdes* (Sativex) font actuellement t'objet d'un développement avancé pour le traitement des douleurs neuropathiques, notamment associées à la sclérose en plaques.

 

 

TRAITEMENT NON PHARMACOLOGIQUE

 

Traitement médical non pharmacologique

 

Plusieurs traitements non médicamenteux peuvent être associés aux traitements pharmacologiques pour le traitement des douleurs neuropathiques. Parmi les traitements ayant fait la preuve d'une efficacité chez ces patients on peut citer les techniques de neurostimulations non invasives (stimulations électriques transcuta­nées) (Cruccu et al 20071. Plus récem­ment, la stimulation magnétique transcrânienne (rTMS) et la stimulation transcrânienne par courants électriques directs (rDTS) ont fait l'objet de quelques études dans le traitement de certaines douleurs neuropathiques réfractaires notamment liées aux lésions médullaires : leur utilisation relève encore du champ de la recherche clinique.

 

Comme chez tous les patients douloureux chroniques, les techniques psychothérapeutiques (hypnose, relaxation, biofeedback, thérapies cognitives et comportementales), de même que la kinésithérapie peuvent être proposées et apportent souvent un bénéfice substantiel.

 

 

Techniques interventionnelles

 

Certaines techniques plus invasives peuvent être proposées en cas d'échec des traitements pharmacologiques; c'est notamment le cas des stimulations médullaires chroniques ou de la stimulation du cortex cérébral (Cruccu et al 2007). L'administration intrathécale d'analgésiques tels que la morphine, la clonidine, ainsi que plus récemment le ziconotide, bloqueur des canaux calciques spécifiques, peut aussi être proposée dans les douleurs neuropathiques réfractaires.

 

La neurochirurgie destructrice n'a quasiment plus aucune place dans le traitement des douleurs neuropathiques, à l'exception des techniques de DREZotomie, lésion effectuée au niveau de la zone d'entrée de la racine postérieure de ta moelle (Dorsal. Root Entry Zone), dans quelques cas (douleurs associées aux avulsions plexiques principalement).

 

 

Conclusions

 

 

Les douleurs neuropathiques sont liées à un grand nombre de lésions nerveuses.Malgré cette hétérogénéité étiologique, ces douleurs peuvent être considérées comme une entité du fait d'une symptomatologie commune et relèvent le plus souvent d'un traitement similaire quelle soit l'étiologie.Il existe désormais des recommandations thérapeutiques fondées sur les preuves concernant tant les traitements pharmacologiques que les techniques de neurostimulation.

 

 

Nadine ATTAL

Retour