ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Affabulations

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Taper les premières lettres du mot


Affabulations

C'est le fait de transformer les faits ou de les inventer.

Associées à d'importants troubles de la mémoire, c'est le syndrome de Korsakoff, ici posttraumatique qui traduit des lésions cérébrales diffuses bilatérales (notamment les corps mamillaires). Cependant il n'a jamais l'intensité que l'on retrouve dans les encéphalopathies alcooliques et il régresse au moins partiellement dans l'évolution. On peut même voir disparaître quasiment les affabulations mais parfois les retrouver et déclencher leur apparition lors de récits.

Quand elles sont importantes, les victimes peuvent être très persuasives et convaincre l'examinateur. Leur diagnostic n'est pas toujours aisé.

Hormis une carence vitaminique, la présence de ce syndrome après un traumatisme, au cours de l'évolution est un facteur de gravité et a par exemple une valeur péjorative sur la réinsertion professionnelle.

Des éléments, plus élaborés ressemblant à un délire (confabulations) peuvent survenir (origine frontale).

Le thème répétitif des confabulations a souvent une connotation sexuelle pouvant entraîner au moins au début des préoccupations chez l'entourage de la victime.

Prenons quelques exemples : le premier d'affabulation et les 2 autres de confabulation
Changement d'ordre
-Un patient originaire de France (sans aucun lien connu avec l'Asie), racontait que chaque nuit, il partait de l'hôpital, prenait l'avion et allait faire des courses au Viet Nam (où il n'avait jamais été) et donnait de nombreux détails.

-Une jeune femme hospitalisée dans un service disait que la nuit, on venait la chercher et qu'on l'emportait dans une grange dans les communs de l'hôpital et que plusieurs employés la violaient chaque nuit. Elle donnait des détails adaptés. La famille s'en est préoccupée auprès du directeur au début puis les contradictions et les difficultés liées aux traitements lui ont fait comprendre que cela n'était pas vrai.

-Une jeune fille hospitalisée en Centre de Rééducation, se plaignait que son médecin venait la violer. Sortie en week-end chez ses parents, elle disait qu'il était venu la nuit pour recommencer avec d'autres hommes en blouse blanche. La famille pensait porter plainte puis a finalement compris qu'il s'agissait de fabulations.

Voir Korsakoff-syndrome


Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales