ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Vessie-vessie neurologique-vésicosphictérien

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Taper les premières lettres du mot


Vessie-vessie neurologique-vésicosphictérien

Le terme de vessie neurologique est utilisé à la place de vésicosphinctérien et signifie une atteinte neurologique (voir paralysie flasque-spastique)

La vessie  est un réservoir contenant l'urine avec une paroi « étastique » qui peut se distendre au remplissage et se contracter grâce à son muscle, le détrusor, lors de la miction.
La paroi vésicale, le périnée, les sphincters peuvent être atteints lors des atteintes médullaires et avoir des contractions inappropriées, non contrôlées en rapport avec une paralysie spastique en cas d'atteinte centrale, ou devenir flasques, se distendre & comme dans les atteintes périphériques.
En cas d'atteinte spastique, la vessie a tendance à se contracter et se rétracter et les sphincters à se fermer mais le périnée conserve son rôle de soutien car il est spastique donc contracté, tendu.
En cas d'atteinte flasque, la vessie a tendance à se distendre (ne se contracte plus), les sphincters deviennent béants et le périnée s'effondre attirant la vessie vers le bas. Une plicature de l'urètre survient entraînant une continence passive partielle possible.

Ainsi, bien que fait de fibres lisses, le détrusor peut donc se comporter comme un muscle strié spastique ou flasque selon l'atteinte.
La paroi peut ainsi se contracter et se rétracter avec son muscle, mais aussi se dilater, sous l'effet de médicaments parasympatholytiques, utilisés dans les atteintes spastiques: la paroi se dilate et la contenance vésicale augmente.

Dans les atteintes médullaires situées face au cône médullaire correspondant surtout aux lésions du rachis à la charnière dorso (Thoraco) lombaire (voir moelle épinière), des atteintes mixtes flascospasmodiques peuvent survenir. Dans ces atteintes la vessie est plus ou moins flasque et les sphincters et le périnée plus ou moins spastiques, c'est-à-dire que la vessie a tendance à se distendre et les sphincters à se fermer (hyperactifs) et le périnée peut garder une tonicité gardant son rôle de soutien. Sur le plan physiopathologique, cela s'explique par la possibilité d'arcs réflexes distaux sous lésionnels au niveau de la moelle pour des raisons vasculaires (vascularisation de la moelle distale conservée).

La paroi vésicale est fragile pouvant se détériorer avec des hernies & et ainsi perdre ses qualités physiologiques d'élasticité et aussi retentir sur les uretères, les reins par blocage ou en favorisant un reflux d'urine et l'infection.

La vessie s'ouvre sur l'urètre par le col normalement fermé avant la miction. Il est l'objet de dysfonctionnement notamment en cas d'atteinte médullaire.
Dans les atteintes neurologiques, les dyssinergies vésico shinctériennes sont fréquentes du fait d'un déséquilbre entre les contractions non ou mal contrôlées du détrusor et celles du sphincter strié urétral. Parmi les traitements les injections de toxine botulique au niveau du sphincter ou du détrusor sont parmi les traitements pour remplacer par exemple des médicaments parasympatholytiques (pour distendre la vessie et améliorer son contenu) mal tolérés (retard du transit intestinal).

Voir automatique- autonome / détrusor / réplétion vésicale / appareil urinaire / reflux / lésionnel paralysie flasque-spastique / dyssinergie vésico shinctérienne / sondage


Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales