ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Unité d'Evaluation de Réentraînement et d'Orientation Sociale (UEROS)

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Taper les premières lettres du mot


Unité d'Evaluation de Réentraînement et d'Orientation Sociale (UEROS)

Les U.E.R.O.S. sont des structures médico-sociales destinées à favoriser la réinsertion sociale et/ ou professionnelle de personnes cérébro-lésées.

Les propositions de Monsieur BAUDURET, chargé de mission aux affaires sociales, suite à un rapport de l'IGAS  de 1995 et aux différentes enquêtes sur les patients cérébrolésés, ont conduit à la création (et au financement) de ces unités (circulaire du 10 Juillet 1996) à une époque où les perspectives de prise en charge au-delà du circuit classique Hôpital-Centre de Rééducation « traditionnel » était très déficitaire, et les chances d'une réinsertion de qualité, réduites.

La prise en charge individualisée du stagiaire se décline par :

- l'évaluation des séquelles et des ressources dans les domaines physiques, psychique, relationnel et cognitif ;

- l'élaboration d'un programme transitionnel de réassurance personnelle et de réentraînement à la vie active (stimulation cognitive, revalorisation du blessé, réintégration au tissu social et/ ou professionnel) ;

- l'information de la famille et des partenaires de réinsertion sur l'évolution du stagiaire, de son projet et du suivi individualisé.

Par circulaire ministérielle (DAS/DE/DSS n°96-428 du 4 juillet 1996) relative à la prise en charge médico-sociale et professionnelle des personnes atteintes d'un traumatisme crânien, les UEROS ont cinq missions : des bilans d'évaluation, le réentraînement à la vie active, la construction de projet social, l'aide à l'orientation , le suivi individualisé.

L'UEROS va tenter de faire le point sur les capacités du traumatisé crânien, sur ses difficultés, sur ses appréhensions en le mettant en situation réelle, pour mettre en place un projet social.

Les bilans d'évaluation établies par les UEROS servent à  "'évaluer les diverses séquelles physiques et psychiques présentées par le sujet ainsi que les principales potentialités qu'il présente, en vue de son insertion sociale, scolaire ou professionnelle ultérieure. Il est recommandé de procéder à deux bilans approfondis, l'un à l'entrée, l'autre à la sortie, afin de bien apprécier l'évolution des capacités d'autonomie obtenue ".

Il faut donc faire attention. La mission de l'UEROS n'est pas la création ou l'accompagnement vers un projet de vie, si cher aux régleurs, mais une évaluation « en vue selon la loi d'une insertion sociale, scolaire ou professionnelle ultérieure »

Conditions d'entrée :

-         avoir plus de 18 ans,
-         bénéficier d'une orientation vers une UEROS.

Les stages en UEROS peuvent durer de 6 à 26 semaines. Une journée de formation est indispensable lors de l'inscription. A la fin du stage, l'équipe décide s'il y a lieu ou non de poursuivre.

Lors du stage UEROS proprement dit, une première étape consiste en un module d'évaluation qui va durer entre 3 et 6 semaines, pour évaluer notamment les capacités physiques, fonctionnelles, neurologiques, physiologiques, de gestion de la vie au quotidien, d'apprentissage au travail.

Puis adviendra une deuxième phase de réentraînement plus personnalisée, dont la durée est variable, pour le réentraînement à la vie sociale, au cognitif, et au travail.

Puis débute une troisième phase d'élaboration du projet de vie, à la fin des évaluations. Ce projet peut être social ou professionnel, il a pour but d'imaginer un avenir à long terme et de mettre en place un projet qui pourrait être suivi par le traumatisé crânien.


L'UEROS assure ainsi l'évaluation, mais aussi le réentraînement et théoriquement le suivi.

Il existe en moyenne une UEROS par région, mais toutes les régions n'en ont pas.

Les familles des patients sont parfois déçues et mettent un peu en cause notamment la politique menée par les différents organismes lors de leur création, y voyant davantage une opportunité économique, la qualification insuffisante de ses intervenants, et le pouvoir excessif de se qualifier en « centre d'expertise »  & . Mais gageons que des corrections vont bien s'effectuer avec le temps, car effectivement l'expérience est une nécessité dans ce domaine.

L'objectif de l'UEROS est bien différent de celui de l'expertise tendant à l'évaluation d'un dommage corporel. L'UEROS permet à la victime de reprendre confiance en elle et d'arriver à l'élaboration d'un projet social. Leur rapport n'a pas la même finalité, c'est pourquoi les bilans d'évaluation de l'UEROS sont difficilement exploitables dans le cadre d'une expertise médicale judiciaire ou amiable.

Voir traumatisme crânien


Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales