ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Spasticité ou spasmodicité

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Taper les premières lettres du mot


Spasticité ou spasmodicité

En simplifiant, c'est une hypertonie ou exagération permanente du tonus musculaire du fait de lésions des voies pyramidales (motrices) commandées par le cortex ce qui diminue l'inhibition qu'exerce le cortex cérébral sur la motricité  spontanée.

Au maximum la lésion complète du tronc cérébral comme dans l'expérience faite autrefois en cours de sciences naturelles chez la grenouille, consistant à détruire avec un objet pointu le tronc cérébral (« la grenouille décérébrée »), entraîne une paralysie et une importante hyperpertonie en extension des 4 membres et hyperextension du tronc.

La spasticité a des formes variables selon le niveau de la lésion. Elle prédomine sur certains groupes musculaires, habituellement les fléchisseurs pronateurs au membre supérieur, au triceps et quadriceps au membre inférieur où les décharges de spasticité peuvent être ainsi en extension mais aussi en flexion sur les ischojambiers et fléchisseurs de hanche.

Elle subit toujours des variations augmentant habituellement au froid mais aussi à la chaleur (froid et chaud), à la fatigue & etc.

Elle est le plus souvent gênante nécessitant des traitements qui vont du plus simple à l'utilisation de médicaments myorelaxants comme le LIORESAL , le DANTRIUM à des traitements plus ciblés en utilisant les injections de toxine botulique, des alcoolisations, des électrostimulations (voir stimulation), jusqu'à la neurochirurgie dans les cas rebelles. La neurochirurgie doit rester des indications limitées après échec de tous les autres traitements : il s'agit surtout des neurotomies, des radicotomies et de l'utilisation de pompes à LIORESAL reliées à un dispositif intrathécal c'est-à-dire au niveau des racines (c'est très efficace mais très cher d'où peu employé).

Il faut savoir respecter la spasticité parfois, car elle peut aider dans l'autonomie notamment en cas d'atteinte médullaire et de décharges en extension des membres inférieurs permettant de tenir debout.

Ce terme est aussi utilisé pour les sphincters surtout et la vessie (voir automatique) en cas d'augmentation de la réactivité sous une lésion de la moelle intéressant les sphincters mais aussi le détrusor, muscle de la vessie.

Voir hypotonie hypertonie / flaccidité / paralysie / pied équin / décérébration-décortication / pyramidal / réflexes / flexion-réflexe en flexion / équin / flexum / spasticité / alcoolisation / botulique toxine / infiltration épidurale / neurolyse / gypsotomie / bloc neurolog


Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales