ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Pied équin, talus

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Taper les premières lettres du mot


Pied équin, talus

C'est un enraidissement du pied en flexion plantaire (extension) pour l'équin ou en flexion dorsale (flexion) pour le talus de l'articulation tibiotarsienne.

Ce terme peut être utilisé pour une déformation consécutive à un enraidissement (à la suite d'une immobilisation prolongée, d'une paralysie flasque). En général la déformation est en équin. Les déformations en talus impliquent la plupart du temps une atteinte du nerf sciatique poplité interne qui commande les fléchisseurs du pied alors que les muscles extenseurs sont conservés (triceps).

La déformation en équin associée le plus souvent à un varus de l'arrière pied est très fréquente en cas d'atteinte neurologique d'origine centrale (atteinte du faisceau pyramidal) entraînant une paralysie avec spasticité.
En effet, la spasticité des extenseurs du pied ( triceps, fléchisseurs d'orteils) et des muscles varisants ( jambier postérieur ou tibial postérieur, fléchisseurs d'orteils) prévaut sur celle des fléchisseurs du pied ( jambier antérieur ou tibial antérieur, court péronier latéral ou court fibulaire, extenseurs d'orteils)  et des muscles valgisants (long péronier ou long fibulaire et court péronier ou court fibulaire.
La kinésithérapie préventive est le meilleur traitement dont des postures, une mise en charge + des traitements antispastiques.

Il faut éviter au maximum d'emblée la chirurgie surtout quand elle est à effectuer des 2 côtés s'il y a un espoir d'utilisation fonctionnelle, quand on est dans les délais où des progrès sont encore possibles. En effet, l'allongement du tendon, la désinsertion de muscle entraîne un affaiblissement musculaire important ce que l'on peut regretter ensuite d'autant qu'un équin peut être toléré s'il n'est pas excessif et permettre d'aider pour les transferts du lit au fauteuil, etc .
C'est notamment le cas chez le paraplégique spastique qui utilise souvent utilement ses contractures en extension des membres inférieurs.

La chirurgie peut être utile quand elle est unilatérale dans le but d'améliorer la fonction (sinon elle n'a pas ou très peu d'intérêt) : il s'agit habituellement d'un allongement du tendon d'Achille souvent associé à celle du jambier postérieur, voire une double arthrodèse sousastragalienne et médiotarsienne pour rééquilibrer le pied. C'est une chirurgie délicate, difficile à régler pour les allongements d'autant qu'elle est pratiquée des 2 côtés. Le risque de déformation inverse n'est pas rare : double talus qui compromet pratiquement définitivement la marche.

Il faut savoir que chez le blessé médullaire, après la phase de flaccidité initiale, la spasticité va apparaître et augmenter progressivement. On peut considérer que la situation est stable au delà de 6-8 mois dans les atteintes pures du faisceau pyramidal et qu'elle l'est à 18 mois-2 ans, s'il y a une atteinte périphérique associée.

Chez le traumatisé crânien sévère, il faut bien comprendre l'évolution et se référer à la cause de l'atteinte :

En cas d'hypertonie considérable (rigidité de décérébration) dès le départ et durable, des pieds équins très raides s'installent, rebelles presque totalement à la kinésithérapie et l'espoir fonctionnel est quasiment nul et la chirurgie est inutile.

Par contre ce que l'on rencontre souvent, c'est une hypertonie importante avec un risque de déformation dont celle en équin des pieds. C'est l'indication de la kinésithérapie & et de la toxine botulique (voir botulique) et auparavant des alcoolisations.

En effet, contrairement aux atteintes médullaires, la spasticité peut s'amender ici avec le temps voir quasiment disparaître avec l'apparition d'une hypotonie. Ceci s'explique par une récupération possible et fréquente de l'atteinte pyramidale et la mise en évidence d'un syndrome cérébelleux qui était sous-jacent (voir cervelet, engagement) et qui lui-même peut régresser jusqu'à 2 3 ans de recul après l'accident.
En conclusion ; l'important est de contrôler le présent en pensant à ce que peut être l'avenir fonctionnel avant d'envisager la chirurgie  en gardant à l'esprit « Primum non nocere ».

Voir spasticité / botulique toxine / alcoolisations / tierce personne


Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales