ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Muscles ventilatoires ou respiratoires

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Taper les premières lettres du mot


Muscles ventilatoires ou respiratoires

Ils comprennent avant tout le diaphragme et les muscles intercostaux.

Le diaphragme peut être touché directement lors d'un traumatisme thoracique ou du fait d'une atteinte neurologique de façon unilatérale ou plus rarement bilatérale pour des patients très gravement atteints.
Le diaphragme est innervé par le nerf phrénique qui naît des racines C3-C4 à la partie haute du plexus cervical. On retrouve son atteinte dans les atteintes médullaires (tétraplégies) très hautes.

Les intercostaux peuvent être paralysés après une lésion médullaire, ce qui est habituellement associé à une paralysie des muscles abdominaux et du périnée qui ont un rôle important indirect sur la ventilation.

En effet, la paralysie des intercostaux est d'autant plus importante que la lésion est haute au niveau cervical et thoracique  de T1 à T12 associée en plus à celle des abdominaux dont l'innervation est de T6 à T12 et celle du périnée (inervation sacrée).

En cas d'insuffisance de spasticité ou d'atteinte flasque des abdominaux mais aussi du périnée, le diaphragme se contracte sans la résistance de la pression abdominale nécessaire à la bonne fonction de la respiration, notamment au niveau des alvéoles pulmonaires. Dans ce cas, à chaque inspiration, seuls les intercostaux non paralysés se contractent ainsi que le diaphragme qui s'abaisse et il y a alors saillie à chaque inspiration des abdominaux, voire du périnée, du fait d'une résistance diminuée.
Il faut compenser ce défaut par l'utilisation d'une sangle abdominale efficace qui permet la restitution d'une bonne ventilation.
En cas de spasticité des abdominaux et du périnée, cet inconvénient n'existe pas et il n'y a pas lieu de compenser et utiliser une sangle.
En réalité l'atteinte flasque du périnée survient surtout dans les lésions médullaires basses.

Voir dyspnée


Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales