ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Instabilité de genou

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Taper les premières lettres du mot


Instabilité de genou

Nous n'évoquerons ici que les instabilités secondaires à une atteinte neurologique chez le sujet "marchant". Il s'agit de dégâts au niveau des tendons des muscles, de la capsule et des ligaments.

La cause est un déséquilibre entre muscles agonistes et antagonistes d'une même articulation: exemple : déficit entre les fléchisseurs (ischio-jambiers) et les extenseurs (quadriceps) qui sont souvent de meilleure qualité et/ou sont plus spastiques que les fléchisseurs.

Ce qui accentue davantage le risque est que le genou se stabilise en recurvatum (en hyperextension) en cas de déficit et que ce recurvatum risque de s'aggraver avec le temps (et l'augmentation du poids du patient) avec la constitution d'une instabilité.

L'instabilité est une complication fréquente à plus ou moins long terme qu'il faut absolument prévenir car son traitement est complexe, rarement satisfaisant conduisant le plus souvent au port d'une attelle ou d'un appareil entraînant des difficultés accrues dans l'autonomie avec des douleurs. La chirurgie nécessite un chirurgien entraîné et expérimenté. Elle ne traite pas la cause à priori et le risque d'échec est notoire ici.

Il faut insister sur le rôle préventif tenu par les chaussures et une compensation éventuelle d'un membre inférieur (dans la chaussure), adaptée visant à diminuer le verrouillage en recurvatum excessif (hyperextension), soulager le genou au cours de la marche en utilisant efficacement une canne.


Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales