ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Imagerie médicale (Scanner- IRM)

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Taper les premières lettres du mot


Imagerie médicale (Scanner- IRM)

On entend par imagerie médicale les examens qui permettent de représenter des images du cerveau: il s'agit essentiellement, en pratique relativement courante, du scanner encéphalique ou TDM (examen tomodensitométrique), de l'IRM (imagerie par résonance magnétique).

Le scanner est l'examen le plus ancien, le moins précis, le plus facile à faire, le moins cher, le moins long dans des conditions techniques plus aisées, d'où son intérêt au cours de l'urgence.
Il donne des coupes qui permettent de voir un oedème, des hémorragies, des hématomes etc.

Le scanner encéphalique n'est pas très intéressant pour apprécier les séquelles car on voit essentiellement les grosses séquelles comme une atrophie au niveau d'un lobe, une lacune, des calcifications, une zone hypodense avec au maximum une porencéphalie (voir ce terme) par exemple: c'est-à-dire une importante image hydrique correspondant à une cavité remplaçant une zone cérébrale, communiquant avec les méninges.
Le scanner encéphalique montre bien par contre l'atrophie corticale et sous corticale qu'il convient d'apprécier en fonction de l'âge. Elle est franchement pathologique avant 25 ans quand on la retrouve. Elle est souvent de façon modérée comme séquelle des traumatismes crânien sévères de l'enfance. Il montre très mal le tronc cérébral.

Bien entendu, les techniques ont évolué ainsi que la qualité des images sur les plus récents appareils comme pour toutes les techniques d'exploration.

L'IRM est beaucoup plus fiable mais de réalisation plus difficile du fait de parasitages possibles (matériel d'ostéosynthèse: d'où l'utilisation de matériel d'ostéosynthèse en titane, plombage dentaire, clip en métal &) comme l'agitation du patient car c'est un examen beaucoup plus long qui se fait dans une structure en tunnel parfois non tolérée par un patient claustrophobe.

Cet examen permet une imagerie beaucoup plus fine avec des coupes antéropostérieures ou frontales permettant de bien apprécier les lésions comme des petites cicatrices.

C'est donc un examen de choix pour bien voir le tronc cérébral et apprécier les lésions à distance, ce qui a beaucoup d'intérêt en expertise dans la mesure où il apporte des éléments objectifs prouvant les séquelles anatomiques. Sa lecture n'est pas toujours aisée (nécessitant un praticien entraîné et connaissant la pathologie), notamment dans les petites et toutes petites séquelles. Bien entendu il ne donne pas de renseignements sur la fonction et il est classique de dire qu'il n'y a pas de parallélisme entre l'imagerie et la clinique et que le fait que cet examen ne montre rien de pathologique ne peut pas conduire à une négation des difficultés mises en évidence par l'examen clinique. L'IRM doit être corrélée avec la clinique dont l'examen neuropsychologique, l'histoire de la maladie ... .

ATTEINTE MEDULLAIRE:
Le scanner est un examen peu précis pour apprécier une atteinte médullaire car il se fait sous forme de coupes horizontales et il faut les répéter pour apprécier au mieux les lésions.

L'IRM est l'examen de choix pour apprécier les atteintes médullaires. Il permet des grandes coupes longitudinales de moelle, de bien montrer une compression, des lacunes et une atrophie.


Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales