ALT_BANNIERE
ALT_BANNIERE

Etat Végétatif - état végétatif chronique - état pauci relationnel

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Taper les premières lettres du mot


Etat Végétatif - état végétatif chronique - état pauci relationnel

C'est un état lié à des atteintes neurologiques sévères entraînant une dépendance totale pour tous les actes élémentaires de la vie quotidienne.

On retrouve la possibilité d'un état végétatif après un traumatisme crânien très sévère, un accident vasculaire cérébral, une anoxie cérébrale quelque soit la cause (y compris un traumatisme crânien sévère).

Cet état succède habituellement à une période de coma prolongé.

Il se caractérise sur le plan clinique par l'absence de communication et d'expression orale, un état de dépendance avec nécessité d'une alimentation par sonde nasogastrique ou de gastrostomie bien que le réflexe de déglutition puisse être conservé. Des difficultés respiratoires peuvent nécessiter de conserver une canule de trachéotomie. Une rétention d'urine peut nécessiter une sonde urinaire à demeure..

A l'examen clinique, il persiste des alternances veille-sommeil, un clignement oculaire à la menace (si la vision n'est pas atteinte). On retrouve des signes d'atteinte du tronc cérébral (bâillements, mâchonnement, bruxisme &)

Des mouvements des membres peuvent exister mais sont pauvres.

Bien que l'autonomie respiratoire soit conservée, les troubles neurovégétatifs sont fréquents pouvant être importants.

Au bout d'un an de recul, on considère qu'il s'agit d'un état végétatif chronique. On pourrait diminuer un peu ce délai pour les accidents vasculaires cérébraux et davantage (6 à 8mois) pour les anoxies cérébrales.

On doit toujours rester très prudent et répéter les examens et il faut s'assurer que des traitements sédatifs et en particulier neuroleptiques qui sont rendus parfois nécessaires du fait de troubles neurovégétatifs, ne diminuent pas les possibilités d'éveil même limités de ces patients.

Le pronostic vital est mauvais et en moyenne, le décès se produit dans les 5 ans, au maximum dans les 10 ans sauf cas exceptionnels. En effet, les complications les plus fréquentes sont la surinfection bronchique, régurgitation, complications urinaires, embolie, escarres & .

La survie de ces patients survient habituellement chez les personnes jeunes en bonne santé, résistantes.

Ce dernier point contribue à entretenir une importante souffrance psychique de la famille qui souvent se surinvestit et peut avoir des demandes très excessives au niveau des équipes de soin ou à l'inverse, l'abandon peut être fréquent.


Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales